La pyrale, ce ravageur qui détruit nos buis

September 20, 2017

Ce texte a été rédigé par la Cellule Comité régional PHYTO de l’A.S.B.L. CORDER sous la coordination de Monsieur Philippe DELAUNOIS, Attaché qualifié à la Direction générale opérationnelle de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement du Service public de Wallonie.

 

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis syn. Glyphodes perspectalis) est un papillon de type noctuelle. C’est au stade chenille qu’elle peut provoquer des dégâts très importants au feuillage du buis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pyrale du buis est présente en Belgique depuis plusieurs années. En Europe, jusqu’à présent, seul le buis (Buxus spp.) est infesté. Bien qu’il présente une importante capacité de régénération, l’arbuste peut rapidement dépérir quand les chenilles sont nombreuses et que les attaques se répètent. Une surveillance attentive s’avère nécessaire pour détecter au plus vite la présence de la chenille.

 

 

Détecter la présence de la pyrale

Le développement de la pyrale comporte 5 à 7 stades larvaires. La toute jeune chenille est jaunâtre. Par la suite, elle devient plus facilement reconnaissable de par sa tête noire et son corps présentant longitudinalement des lignes de couleur vert clair et noir accompagnées de points noirs. La chenille complètement développée mesure environ 4 cm de long. Des déjections vertes et sèches au sol ou retenues par les fils de soie sont souvent visibles.

 

 

 

Après le stade pupe, la nymphose se produit et la chrysalide se forme pour enfin aboutir au stade papillon adulte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout des rameaux, peuvent se trouver de jeunes chenilles (5-8 mm) issues du dernier cycle de développement, sous la forme hivernante de la pyrale. Elles se réfugient dans des logettes en soie (hibernarium) pour y passer l’hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux à trois cycles de développement peuvent se succéder durant une année. Trois pics d’infestation sont potentiellement observables sur une année :

  • Au début du printemps : mars - avril

  • En été : mi-juin – juillet

  • En automne : septembre – début octobre

 

Comment éviter ou limiter son infestation ?

 

 

Mesures préventives

  • Lors de nouvelles plantation, il est préférable de s’orienter vers d’autres végétaux que le buis, tel le houx crenelé (Ilex crenata), le chèvrefeuille arbustif, Lonicera nitida. La variété 'Maigrün' peut aussi servir de couvre-sol sur un talus. Dans tous les cas, on orientera le choix de la variété selon le type de sol.

  • Il est conseillé de tailler les buis en leur laissant suffisamment d’espace. Les plants dont la ramure est plus aérée sont davantage épargnés.

  • Des voiles anti-insectes peuvent être placés sur les buis durant les périodes de vol afin d’éviter les pontes (mars à septembre).

  • La présence d’oiseaux insectivores au jardin peut être favorisée par la pose de mangeoires et de nichoirs à proximité du buis.